L’éjaculation précoce, ou éjaculation prématurée, est un trouble de la sexualité qui fait que l’homme éjacule bien trop rapidement sans pouvoir se contrôler. Il convient de dire que ce trouble est confirmé quand il empêche d’avoir des rapports satisfaisants pour l’un des partenaires.

La Société Internationale de Médecine Sexuelle a défini l’éjaculation précoce à l’aide de trois critères : le délai entre la pénétration et l’éjaculation est de moins d’une minute, il est impossible de retarder l’éjaculation, il existe un sentiment de frustration chez l’un des partenaires, ou les deux. L’éjaculation précoce peut exister dès le début de la sécurité, mais également se manifester après une période durant laquelle la sexualité était parfaitement normale.

L’éjaculation précoce est souvent une source de moqueries et de honte pour l’homme qui en souffre, ainsi qu’une source de frustration pour la partenaire. Bien qu’il puisse y avoir une prédisposition générique, des facteurs médicaux ou sexologiques sont généralement la cause de ce trouble, plus particulièrement ce qui cause une sur-stimulation. Si l’éjaculation prématurée est déclenchée par une pathologie, il est important de la traiter en premier lieu. Il faut cependant noter que dans la plupart des cas, l’éjaculation prématurée est d’origine psychologique, elle peut être liée à des blocages ou à des chocs émotionnels. Il existe un traitement visant à traiter l’éjaculation prématurée, il s’agit de la dapoxétine, mais le meilleur moyen de traiter ce trouble est de suivre une thérapie pour traiter les facteurs psychologiques qui déclenchent ce trouble.

Un trouble fréquent

Il faut savoir qu’un homme sur deux se dit éjaculateur précoce. Il s’agit en réalité d’une situation normale, dans le monde animal, les mâles doivent éjaculer rapidement pour augmenter les chances de fécondation. Le fait d’avoir des rapports longs est une construction sociale et n’est finalement pas naturel. Ce n’est donc pas une maladie au sens biologique du terme.

Le fait est que socialement, c’est un trouble difficile à porter sur ses épaules, d’autant plus à notre époque aux mœurs libérées. On attend de l’homme qu’il soit performant et qu’il satisfasse entièrement sa partenaire. Quand il n’y parvient pas à cause de l’éjaculation prématurée, l’homme peut être accablé de sentiments de honte et de culpabilité.

Peut-on y remédier ?

Il faut savoir que l’éjaculation prématurée est pleinement réversible. Certaines méthodes et techniques permettent de ressentir une amélioration, mais elles demandent une forte implication, pas seulement de l’homme, mais également de la partenaire. Il est donc conseillé de suivre une thérapie auprès d’un sexologue, par exemple. Le rôle de la partenaire sexuelle est également capital, elle doit soutenir et encourager l’homme et lui donner le goût d’une sexualité épanouie. Elle doit donc être patiente et bienveillante, sans jamais juger l’homme qui pourrait alors se braquer, ce qui ne ferait qu’aggraver le problème.

Comment y remédier ?

Pour y remédier, il faut généralement commencer par prendre de nouvelles habitudes. Cela commence par de nouvelles habitudes de masturbation. L’homme cherche généralement à être soulagé rapidement par l’éjaculation, il doit donc prendre davantage de temps et apprendre à reconnaître le seuil d’éjaculation. Par la pratique, l’homme parviendra à davantage dissocier excitation et éjaculation. Pouvant de cette manière ressentir plus efficacement quand l’éjaculation approche, il lui sera capable de gérer le rythme de manière à ne pas être surpris quand vient l’éjaculation, tout cela permettant de faire durer les rapports plus longtemps également.

L’homme doit également apprendre à être plus détendu, à moins contracter les muscles pelviens et adducteurs des cuisses qui précipitent l’éjaculation. Cela peut se faire en faisant des exercices de relaxation. L’homme peut également muscler sa zone du périnée pour apprendre à mieux contrôler l’effet sur l’excitation des contractions ou décontractions.

L’une des méthodes consiste également à s’entendre avec la partenaire pour cesser les mouvements quand l’homme ressent que l’éjaculation vient, et à les reprendre une fois la stimulation redescendue.

Il existe bien d’autres techniques, mais le plus simple est de consulter un sexologue afin d’avoir l’avis d’un professionnel et la marche à suivre précise de ces différentes techniques.